25 Août 2019

From the Annual Conference

Discours inaugural de Glòria Pérez-Salmerón, Présidente de l'IFLA

English | 简体中文 | Español | Deutsch | Русский | العربية

Glòria Pérez-Salmerón

Transcription intégrale du discours de la Présidente prononcé lors de la séance d'ouverture, le dimanche 25 août 2019.

HOLA!

Welcome ! Bienvenue ! Bienvenido ! Willkommen ! Dobro Pozhalovat’ ! ‘Ahlaan bik ! Huanying !

Et, bien sûr : Kalós írthes! Kalimera !

Bienvenue à Athènes, au Congrès mondial des bibliothèques et de l’information. Et je peux constater que le monde entier est vraiment venu à Athènes pour se joindre à notre conférence ici cette semaine.

Qu’ils soient présents physiquement et en ligne., bienvenue à tous ceux qui sont à l'écoute de cette salle !

Collègues grecs, vous l’avez fait !

C'est ici ; nous sommes dans le berceau de l'histoire européenne où, il y a plus de 3 000 ans, une première colonie a été créée sur le rocher de l'Acropole.

Durant ces milliers d'années, Athènes a traversé des périodes de gloire et de déclin.

Et Athènes écrit une nouvelle page de son histoire en accueillant aujourd'hui des milliers de bibliothécaires du monde entier.

Donc, le monde des bibliothèques est connecté, en se trouvant ici en personne au Megaron, ou en nous rejoignant en ligne!

J'ai beaucoup de remerciements à adresser :

A Sofia Zacharaki, secrétaire d'Etat à l'Education et aux Affaires religieuses.

À nos donateurs grecs, dont le soutien a rendu cet événement possible.

Comme nous sommes en Grèce, je voudrais tout particulièrement remercier la Fondation Stavros Niarchos, le Centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos, la Fondation Aikaterini Laskaridis, la Fondation Onassis, la Banque de Grèce et la Fondation Bodossakis.

À la Bibliothèque Nationale de Grèce et à son directeur, qui est aussi co-président de notre Comité national, et à nos deux autres co-présidents du Comité national, le président et le vice-président de l’Association des bibliothécaires et des scientifiques de l’iinformation de Grèce. 

À notre Comité national. Vous avez assumé et mené à bien une tâche majeure. Vous avez rendu cela possible.

Encore une fois, je voudrais vous remercier tous pour votre travail.

À la Grèce et ses 500 bibliothécaires. Nous avons vu de si beaux exemples de ce que font vos institutions dans nos bulletins d’information du Congrès. Et je sais que nous en verrons beaucoup plus dans les prochains jours !

Merci également à toutes les personnes qui ont mis sur pied un programme aussi formidable. Aux officiers et aux membres de nos comités permanents et groupes d'intérêts spéciaux. Je suis vraiment impatiente de voir les résultats de votre excellent travail.

Aux présidents de nos divisions et aux autres membres du conseil d’administration.

Et bien sûr, au secrétaire général de l’IFLA et au personnel de l’IFLA.

J'ai déjà remercié le Comité national.

Mais je tenais à le remercier en particulier d'avoir choisi le thème de la conférence: «Bibliothèques: Dialogue pour le changement».

Le dialogue est une affaire d’échange et d'apprentissage. C’est donner à tout le monde l’occasion d’écouter et d’être écouté.

Voilà qui propose un message positif, un message dynamique, un message stimulant. Un message très proche de mon propre thème - "Les bibliothèques, moteurs du changement".

Parce que le dialogue – l'interaction – est vital.

Comme dans n'importe quel moteur, un seul engrenage ne peut rien faire. Ce qui fait la différence, c’est quand les engrenages travaillent ensemble, interagissent, dialoguent.

Et plus il y a d'engrenages à l’œuvre, plus notre mouvement, notre élan et notre pouvoir de transformation se concrétisent.

Cela signifie bien sûr une nouvelle façon de travailler en tant que communauté mondiale des bibliothèques.

Parce que pour changer le monde, nous devons être prêts à changer nous-mêmes – nos méthodes, nos mentalités.

Et je suis heureuse de dire que sous la houlette de Gerald Leitner, notre secrétaire général, c’est  ce qui est en train de se produire.

L’IFLA facilite le dialogue depuis près d’un siècle. Mais maintenant, nous passons vraiment à la vitesse supérieure.

C’est ainsi que nous aimons travailler à l’IFLA, mes chers collègues. Nous le faisons en mettant en place une organisation participative et inclusive, afin de faire entendre une voix plus forte et plus audible des bibliothèques, afin de construire un domaine des bibliothèques véritablement unifié.

Dès mon premier discours d'acceptation à Wroclaw, j’ai souligné ma fierté d'être bibliothécaire.

Ouais ! Absolument fière parce que je suis toujours enthousiaste et je peux aussi ressentir votre enthousiasme dans ce voyage de transformation que l’IFLA est en train d’accomplir, en vue de créer un secteur unifié des bibliothèques.

Le dialogue entre nous, avec des centaines de collègues du monde entier me permet d’être inspirée et de progresser moi-même, sachant que nous constituons une grande équipe.

Comme je viens de Barcelone, je voudrais dire que nous sommes une «Équipe de rêve», comme le Barça, vous savez. Oui, nous le sommes.

Et maintenant, nous pouvons le voir dans les nouveaux exemples d’histoires d’Objectifs de Développement Durable que nous recevons pour la Carte des bibliothèques du monde de l’IFLA. Mais aussi les exemples de la façon dont les bibliothèques changent les politiques. Changent les paramètres de la société.

L'année dernière, à Kuala Lumpur, j'ai mentionné le cas réussi de #BibliotecariosAlSenado en Colombie.

Aujourd’hui, je voudrais féliciter ces bibliothécaires qui, travaillant dur, ont influencé les stratégies nationales visant à atteindre les Objectifs de Développement Durable dans les bibliothèques.

Qui a fait comprendre aux politiciens que les bibliothèques sont des moteurs du changement ? Au Chili, en Australie, en Suisse. Également au niveau local, où le Voluntary Local Review de Helsinki a eu en couverture, vous l’aurez deviné, une bibliothèque.

Tous ont mon soutien, le soutien de l’IFLA dans leur plaidoyer en faveur d’un changement.

Il y a tant à dire sur les dialogues que j'ai eus, auxquels j’ai eu le privilège de participer, pendant ma présidence !

Je vous invite tous à venir suivre ma session présidentielle finale, demain lundi, à partir de 9h30 dans cette salle.

J’ai le grand plaisir de réunir 12 orateurs pour partager certains des dialogues – dialogues pour le changement – qui m’ont le plus marquée au cours des dernières années.

J'espère qu'ils vont vous marquer aussi. Parce que c’est ma contribution, mon objectif principal ici : faire en sorte que tous les participants à ce congrès – présents physiquement ou en ligne – puissent transmettre le message des bibliothèques en tant que moteurs du changement et le partager avec leurs communautés.

Pour briser les cloisonnements, travailler avec et à travers les Objectifs de Développement Durable pour changer les bibliothèques et les sociétés qu'elles desservent, mettre à jour nos propres mentalités à travers la Vision globale.

Je voudrais conclure en disant une fois de plus :

Le dialogue a rendu possibles les moteurs du changement et nous sommes prêts.

Prêts à passer à la vitesse supérieure.

C'est notre devoir. Et notre chance.

Parce que les sociétés sont meilleures, plus justes, plus fortes et plus diverses grâce aux bibliothèques.

Nous allons maintenant entendre le secrétaire général de l'IFLA, qui a joué un rôle de premier plan dans la direction de l'IFLA au cours de ce voyage.

Joignez-vous donc à moi pour applaudir chaleureusement et accueillir Gerald Leitner.

Glòria Pérez-Salmerón
Présidente de l'IFLA

Greece, IFLA President, IFLA WLIC 2019